Namatsi Lukoye

Kenya - Poésie & Arts visuels

Namatsi Lukoye


Jacqueline Lukoye Namatsi (Nom d’artiste : Namatsi Lukoye)

  • ÂGE : 36
  • PAYS de résidence : Kenya
  • VILLE : Nairobi
  • DISCIPLINE ARTISTIQUE : Poète / Artiste visuel
JPEG - 97.1 ko

L’artiste

Quelques mots sur votre parcours artistique

J’ai commencé à écrire à l’école primaire et à performer en 2010. J’ai commencé par participer à des slams de poésie se transformant en performances de groupe, puis j’ai produit deux albums. Plus tard, j’ai commencé à créer des costumes de mode à partir de déchets, ce qui a finalement conduit à la formation de l’initiative ESPA (Environmental Sustainability Promoted by Art).

Depuis combien de temps êtes-vous artiste ?

Je me souviens avoir créé des œuvres d’art et écrit des histoires depuis que l’école primaire. Professionnellement, j’ai commencé mon parcours artistique en 2011.

Pourquoi avez-vous demandé cette bourse ? Comment la bourse vous soutiendra-t-elle ?

J’ai postulé pour cette bourse car je n’ai jamais imaginé à quel point le parcours de la grossesse est difficile et y participer pendant cette période mérite d’être raconté. Je suis capable de ressentir et d’exprimer le stress et l’incertitude croissants pour de nombreuses femmes enceintes du monde entier provoqués par la convoitise. Il existe peu d’informations sur la façon dont le virus affecte les femmes enceintes et leurs bébés et les directives strictes de distanciation sociale ont accru la détresse mentale des femmes car elles sont privées de soutien. Cette bourse aidera à la production de ma création.

Quels sont vos objectifs artistiques concrets après cette résidence ?

Mes objectifs sont :

  1. Exprimer artistiquement les problèmes de grossesse et de santé reproductive pendant Covid
  2. Inspirer l’espoir, partager les craintes et les conseils des médecins de manière unique et puissante
  3. Créer une image durable et un appel pressant qui mènera au calme, à la compréhension et à la sécurité pour demain.

Sa résidence

Qu’avez-vous accompli au cours de cette résidence de création ? Quel est le résultat (œuvre créée) ? Qui a été impliqué dans le processus de création ?

J’ai atteint mon objectif, le plus important étant que je me suis perdu dans le travail et que je me suis retrouvé. J’ai réussi à produire un EP visuel poétique composé de 4 œuvres d’art. J’ai enregistré quatre audios, réalisé trois vidéos et créé jusqu’à dix costumes pour les vidéos. J’ai beaucoup de chance de venir d’une famille créative et comme nous étions en quarantaine ensemble, ma mère, créatrice de mode, a pu m’aider à coudre, ma sœur a aidé à réaliser deux dessins et à me peindre le ventre pendant l’enregistrement vidéo. En tant que musicien, mon frère a ajouté des voix au son. Enfin, j’ai également travaillé avec un studio d’enregistrement appelé 254 studios CMG et une équipe de tournage appelée 1900 films.

Comment estimez-vous que ces activités permettent une réflexion sur le monde actuel, en lien avec la crise du COVID-19, et/ou sur la construction du futur ?

J’ai rejoint deux groupes de soutien aux femmes enceintes sur les médias sociaux pour saisir leurs craintes, ce qu’elles vivaient, afin de pouvoir raconter l’histoire de nombreuses femmes. Il y a beaucoup de craintes sur la façon de se protéger de cette pandémie tout en vivant dans une société surpeuplée. Mon attention était de bloquer les angoisses du monde et de me concentrer sur la vie qui se forme en vous. J’ai célébré la maternité, surtout maintenant avec l’augmentation des grossesses inattendues et la hausse des avortements à risque. J’ai également célébré les bébés nés pendant cette période, les qualifiant de guerriers, et j’ai défini le monde que je leur souhaite pour demain. Ma dernière création a capturé ce qui se passe en ce moment et comment les gens devraient se réunir pour guérir, plutôt que de mourir seuls à cause des changements qui affectent notre économie et nos vies

Quel a été votre ressenti durant la résidence ? Et au sortir de celle-ci ?

Cette bourse m’a donné un but, au lieu de m’inquiéter, j’étais occupée à créer. Je réfléchissais constamment à des idées, à ce que je devais faire maintenant et à ce que je devais faire ensuite. J’ai enfin terminé le travail et je sens que les femmes enceintes du monde entier vont l’apprécier. Je me sens vraiment détendue d’avoir fait quelque chose d’artistique cette année, alors que tout espoir s’est envolé.

Son œuvre

To Brighter Days

God’s artroom

Warrior

Tomorrow

Dimbwi