John Wasonga

Kenya - Théâtre & Ecriture

John Wasonga


John Wasonga

  • ÂGE : 38
  • PAYS de résidence : KENYA
  • VILLE : MOMBASA
  • DISCIPLINE ARTISTIQUE : THÉÂTRE ET RADIO DRAMA
JPEG - 166.3 ko

L’artiste

Quelques mots sur votre parcours artistique

J’ai commencé comme acteur amateur dans une troupe de théâtre communautaire à Mombasa. Une série de formations théâtrales a suscité mon intérêt pour devenir praticien de théâtre à plein temps. Au fil des années, j’ai acquis une expérience en tant qu’acteur, artiste de radio, formateur de théâtre et maintenant directeur de théâtre.

Depuis combien de temps êtes-vous artiste ?

Je suis artiste depuis 19 ans. 14 ans comme artiste et formateur, 5 ans comme metteur en scène.

Pourquoi avez-vous demandé cette bourse ? Comment la bourse vous soutiendra-t-elle ?

Depuis le début de Covid-19, j’ai essayé de travailler sur mes projets de théâtre, en vain ; équilibrer les maigres ressources disponibles n’a pas porté ses fruits.
Mes émissions planifiées ont été annulées, entraînant une perte de revenus.
Cette bourse m’aidera financièrement à rechercher et à créer du travail sans me soucier de mon prochain repas.

Quels sont vos objectifs artistiques concrets après cette résidence ?

1. Démontrer comment fusionner la poésie, la danse musicale, le théâtre peut être utilisé pour amplifier les voix des sans-voix (enfants).
2. Explorer comment le théâtre peut être numérisé grâce à des podcasts audio.

Sa résidence

Qu’avez-vous accompli au cours de cette résidence de création ? Quel est le résultat (œuvre créée) ? Qui a été impliqué dans le processus de création ?

Pendant la résidence "Creativity is Life", j’ai réussi à créer un podcast intitulé : MY DAD IS A LIAR. J’ai créé 4 épisodes. J’ai l’intention de créer d’autres histoires pour le podcast au-delà de la période de résidence. Ce podcast est une compilation d’histoires d’enfants sur les mensonges que leurs parents et tuteurs leur racontent. Les parents qui ont passé beaucoup de temps avec leurs enfants à cause de la pandémie de Covid apprennent que leurs mensonges ont été découverts et ce que leurs enfants en pensent.

L’objectif du podcast est de rappeler aux parents la nécessité de contribuer à créer un avenir meilleur pour leurs enfants en disant la vérité et en étant honnêtes. J’ai fait des recherches et j’ai enregistré les histoires de la vie réelle. J’ai ensuite recréé et scénarisé le contenu de ce podcast.

Comment estimez-vous que ces activités permettent une réflexion sur le monde actuel, en lien avec la crise du COVID-19, et/ou sur la construction du futur ?

La réflexion clé de ce projet, " My Dad is a Liar ", est que les enfants s’expriment de différentes manières. Pendant cette pandémie, la plupart des familles ont dû faire face à des réalités qui étaient cachées. Les gens ont passé tellement de temps ensemble ; les mères ont passé du temps avec leurs enfants ; les pères ont été pour la première fois présents dans de nombreux foyers. Cela a conduit les parents à apprendre et à réfléchir davantage sur ce dont leurs enfants sont capables, en particulier lorsqu’il s’agit de découvrir des informations qui leur sont cachées.

Ce podcast est un rappel et un appel aux parents à être honnêtes avec leurs enfants s’ils s’attendent à un avenir meilleur pour eux. Ce podcast cherche à élever une génération de personnes honnêtes en plaidant pour que les parents et les tuteurs soient sincères afin que les enfants puissent imiter l’honnêteté comme une vertu.

Quel a été votre ressenti durant la résidence ? Et au sortir de celle-ci ?

J’ai ressenti un cocktail de sentiments pendant la résidence. Notre façon de travailler a été perturbée et j’ai eu l’impression d’apprendre les ficelles du métier à nouveau. Je me suis senti en cage, surtout pendant la phase de recherche. J’aurais préféré rencontrer les gens en personne, mais cela n’a pas été possible en raison des restrictions de mouvement et très peu d’amis auraient été à l’aise avec une rencontre physique.

Travailler à la maison était un défi, mais c’était aussi une merveilleuse occasion d’être proche de ma femme et de mes enfants et de m’inspirer d’eux. Mon fils est né pendant ma résidence, ce qui a contribué à la joie du travail.

La plupart des studios d’enregistrement de Mombasa ont été fermés en raison des effets de la pandémie et les quelques studios disponibles étaient trop chers. Néanmoins, j’ai pu enregistrer mon travail dans le home studio d’un producteur qui avait déménagé son studio dans son salon.