Samantha Babiiha Kabahuma

Ouganda - Art visuel

Samantha Babiiha Kabahuma


Samantha Babiiha Kabahuma

  • ÂGE : 27
  • PAYS DE RÉSIDENCE : OUGANDA
  • VILLE : KAMPALA
  • DISCIPLINE ARTISTIQUE : ART VISUEL, MODE ENGAGEE
JPEG - 134.4 ko

L’artiste

Quelques mots sur votre parcours artistique

Grandir, les expériences au sein de ma famille et mes amis ; ainsi que les moments de ma vie sont devenus les bases d’une grande beauté et d’une grande signification. Ils ont enrichi mon parcours d’artiste par l’expression de soi et plus tard, la découverte de soi.

Depuis combien de temps êtes-vous artiste ?

Je suis artiste depuis mon enfance ; depuis 18 ans maintenant.

Pourquoi avez-vous demandé cette bourse ? Comment la bourse vous soutiendra-t-elle ?

J’ai toujours rêvé d’être une créatrice de mode à impact social. Cette bourse me donnera l’occasion de créer des concepts et de donner vie aux idées dont j’ai rêvé et de me connecter à la communauté mondiale. Cela me donne un coup de pouce pour que mon rêve prenne vie.

Quels sont vos objectifs artistiques concrets après cette résidence ?

- Expression de l’art à travers la mode pour la consommation d’autrui
- Inspirer et encourager les autres à regarder les belles choses de manière positive et créative à travers la mode
- Connecter les uns et les autres grâce à la mode

JPEG - 148.9 ko

Sa résidence

Qu’avez-vous accompli au cours de cette résidence de création ? Quel est le résultat (œuvre créée) ?

La résidence de création m’a fait découvrir la façon dont je devais m’exprimer en étant patiente, résistante et en me poussant vers de plus hauts sommets. J’ai créé trois vêtements qui reflètent le passé, le présent et l’avenir des comportements humains comme un effet de la pandémie COVID-19. Ces trois vêtements sont intitulés : Flashback (passé), Silence (présent - confinement et quarantaine) et Renaissance (futur). Trois collègues créatifs ont participé au processus de création.

Comment estimez-vous que ces activités permettent une réflexion sur le monde actuel, en lien avec la crise du COVID-19, et/ou sur la construction du futur ?

Dans le cadre de "Renaissance", il est désormais plus impératif que l’industrie de la mode ait des initiatives de durabilité puisqu’elle est l’un des principaux pollueurs au monde. Beaucoup de vêtements finissent dans des décharges et libèrent ainsi de dangereuses toxines dans l’environnement. La crise de la COVID-19 devrait contribuer à changer la mentalité du monde pour qu’il adopte des habitudes respectueuses de l’environnement comme le recyclage et l’upcyclage, la création de vêtements de bonne qualité qui peuvent être portés dans différents styles, etc. Cela permettra de construire un avenir durable pour que nous puissions coexister avec la nature.

Quel a été votre ressenti durant la résidence ? Et au sortir de celle-ci ?

J’ai apprécié ma résidence car j’ai passé mes journées à faire des recherches et à me consacrer à mon travail tout en restant chez moi. Maintenant, à la fin de la résidence, je suis reconnaissante d’y avoir participé car cela m’a donné l’occasion de m’exprimer davantage sur le plan créatif.
J’ai pu créer mon œuvre telle que je l’avais imaginée. J’ai rencontré quelques difficultés, ce qui m’a incité à faire plus de recherches et à me renseigner auprès d’autres artistes. Je suis donc satisfaite du résultat.