Martin Kharumwa

Ouganda - Photographie & Digital

Martin Kharumwa


Martin Kharumwa

  • ÂGE : 38
  • PAYS de résidence : Ouganda
  • VILLE : Kampala
  • DISCIPLINE ARTISTIQUE : Photographe & Artiste numérique
JPEG - 393.5 ko

L’artiste

Quelques mots sur votre parcours artistique

Je suis motivé par ma curiosité et la photographie a été le premier médium qui a résonné en moi. Cette curiosité m’a amené à la photographie indépendante où j’ai eu le privilège d’avoir accès et de faire partie d’un héritage de conteurs et de créateurs d’images sur le continent.

Depuis combien de temps êtes-vous artiste ?

Je suis artiste depuis 10 ans, mais il est difficile de dire où la vie et l’art commencent et se terminent. Je pense que la révolution numérique m’a donné les outils pour développer de nouveaux médiums.

Pourquoi avez-vous demandé cette bourse ? Comment la bourse vous soutiendra-t-elle ?

Lorsque la pandémie a provoqué des fermetures, je travaillais avec des artistes sur le festival KLAART, qui a été inévitablement reporté ; je voulais créer mais avec un contact minimal. La bourse permet de faciliter la recherche et la réalisation d’un projet qui me permet de travailler à distance et de développer une nouvelle technique.

Quels sont vos objectifs artistiques concrets après cette résidence ?

Mon objectif principal est de développer une collection accessible et créative d’illustrations révisées et remixées inspirées des archives africaines. Je suis également ravi de développer des compétences en animation numérique.

JPEG - 52.2 ko
JPEG - 26.5 ko

Sa résidence

Qu’avez-vous accompli au cours de cette résidence de création ? Quel est le résultat (œuvre créée) ?

J’ai commencé à apprendre l’illustration numérique pendant la période de confinement pour développer une nouvelle compétence. J’ai travaillé depuis chez moi sur une série d’images d’archives qui se sont démarquées dans mes recherches et que j’ai voulu utiliser comme un moteur pour apprendre cette nouvelle compétence. Depuis que j’ai obtenu la bourse, j’ai continué à faire des recherches dans les archives et les revues historiques africaines. Au départ, je voulais retracer les images du passé avec une référence contemporaine, mais mon accès à des archives numériques comme l’Uganda Journal et les Sudan Notes m’a permis d’approfondir mes recherches.

La première œuvre d’art représente une femme à Amasunzu qui est assise avec une cithare traditionnelle, l’image de référence pour la cithare provient des archives numériques de l’université de Cambridge sur les ornements d’Afrique de l’Est, sa coiffure est portée dans un format traditionnel amasunzu référencé dans les images historiques du lac Kivu.

L’autre image a été créée grâce à mes recherches sur l’histoire de l’Ouganda, qui m’ont conduit à une histoire sur les esclaves militaires du Soudan qui ont servi au Mexique en 1863-186. L’image fait référence à l’uniforme militaire et j’ai utilisé une de mes images d’archives d’un jeune soudanais, J. Chol Thon, que j’ai photographié sur une table de billard au bord de la route il y a quelques années.

Il y a une forte corrélation entre ce que je découvre dans mes recherches et les informations que je traite à partir des références contemporaines de l’époque.

Comment estimez-vous que ces activités permettent une réflexion sur le monde actuel, en lien avec la crise du COVID-19, et/ou sur la construction du futur ?

Parler de l’avenir est difficile. J’aimerais imaginer que les États-nations africains se chargent de réimaginer l’éducation et l’accès à l’information. Faire du projet un bien commun créatif me protège contre d’éventuelles violations de licence pour le référencement de l’œuvre. Même si je référence des informations vieilles de plusieurs siècles, je ne peux m’empêcher de craindre que le fait d’en partager certaines parties dans mon travail n’ait des répercussions.

Quel a été votre ressenti durant la résidence ? Et au sortir de celle-ci ?

La résidence m’a permis de me concentrer et d’apprendre quelques tactiques utiles sur la motivation. Au départ, je voulais me concentrer sur des objets et des références plus culturels comme la coiffure amasunzu, mais mon travail et mon objectif ont changé radicalement lorsque les nouvelles de la brutalité policière dans le monde ont exigé notre attention. Je me suis alors perdu dans la recherche et la routine d’examiner le passé pour donner un sens au présent. J’ai l’impression d’avoir eu la chance d’avoir le temps de développer une nouvelle compétence.