Tinwendhidé Pacôme Kaboré

Burkina Faso - Conte

Tinwendhidé Pacôme Kaboré


Tinwendhidé Pacôme Kaboré

  • ÂGE : 30 ans
  • PAYS de résidence : Burkina Faso
  • VILLE : Ouagadougou
  • DISCIPLINE ARTISTIQUE : Conte
JPEG - 694.4 ko

L’artiste

Quelques mots sur votre parcours artistique

Diplômé de l’institut national de formation artistique et culturelle option : musique, et l’école de théâtre de l’Atelier Théâtre Burkinabé ATB, et formé travers à travers plusieurs stages de formations de conteur et comédien ; inlassable jardinier, je sème les graînes de mes histoires auprès des grands et des petits.

Depuis combien de temps êtes-vous artiste ?

Je suis artiste professionnel depuis 2014.

Pourquoi avez-vous postulé à cette bourse ? En quoi la bourse va vous soutenir ?

J’ai postulé à cette bourse pour avoir plus de moyens de créer et faire promouvoir mon art qui est le conte et surtout me diriger vers une nouvelle expérimentation.

Quels sont vos objectifs artistiques concrets après cette résidence ?

Avoir un vrai espace-temps de travail artistique avec des intervenants artistiques de qualité afin d’expérimetner de nouvelles formes, une visibilité, trouver des canaux de diffusion et pouvoir intégrer des réseaux professionnels.

JPEG - 43.9 ko

Sa résidence

Qu’avez-vous accompli au cours de cette résidence de création ? Quel est le résultat (œuvre créée) ? Qui a été impliqué dans le processus de création ?

Grâce à la bourse reçue de la part d’Africalia, j’ai pu réaliser le maximum d’activités prévues dans le cadre de ma résidence. J’ai pu créer des contes avec des morales, qui à mon humble avis ont pu contribuer à sensibiliser la population sur le COVID. Ils abordent les bienfaits du respect des gestes barrières et l’urgence de sauver la planète.
Mes contes ont été diffusés en mode spectacle de rue dans les bus, abribus et gares de la ville de Ouagadougou.
Dans mon processus de création j’ai travaillé avec un assistant à la mise en scène et un vidéaste.

Comment estimez-vous que ces activités permettent une réflexion sur le monde actuel, en lien avec la crise du COVID-19, et/ou sur la construction du futur ?

Les contes sont des histoires d’hier, racontées par les hommes d’aujourd’hui, pour les générations à venir ou comme le disait Ahmadou H. Bah : « le conte est utile, futile et instructeur ». Par ailleurs, étant en tête-à-tête avec mon public dans l’espace publique j’ai pu voir l’intérêt et les contributions faites par les spectateurs à la fin de chaque conte. Je crois que mon projet aura contribué à faire vivre l’oralité en ces temps difficiles. Nous avons besoin d’histoires pour que nos corps dansent, nos mains s’expriment, nos intérieurs s’animent et notre conscience change. Tout ce que ça prend c’est juste le temps de changer de bus ou le trajet d’une gare à une autre, le temps de rejoindre son lieu de travail. Une histoire de deux minutes peut faire bouger une montagne, donc assurément elle a apporté sa pierre à la construction du futur.

Quel a été votre ressenti durant la résidence ? Et au sortir de celle-ci ?

Tout au long de la résidence j’ai été très heureux de travailler sur un projet qui me tenait à cœur et avec une équipe qui m’a témoignée son professionnalisme et sa créativité.
Au sortir de cette expérience ma joie est encore plus grande et les perspectives m’attendent sur les planches.
J’ai pu réaliser mon projet comme je l’ai rêvé et imaginé. Les difficultés rencontrées dans la réalisation de mon œuvre étaient de l’ordre de la gestion du publique : mon projet se fait dans l’espace publique. En tant qu’artiste performeur j’ai pu captiver un auditoire qui a chaque fois réclamait plus. Je suis pleinement satisfait de ma résidence. Elle m’a permis d’avoir un projet qui sera très bientôt réalisé à grande échelle grâce des partenaires qui ont aimé et m’ont promis de me soutenir.

Son œuvre

Projet Constellation