Jessy Cannary Muyonjo

Ouganda - Musique & Art Visuel

Jessy Cannary Muyonjo


Jessy Cannary Muyonjo

  • ÂGE : 29
  • PAYS de résidence : Ouganda
  • VILLE : Kampala
  • DISCIPLINE ARTISTIQUE : Musique et Art Visuel
JPEG - 543.7 ko

L’artiste

Quelques mots sur votre parcours artistique

Je suis chanteur, compositeur et guitariste de Kampala, en Ouganda. Ma passion pour la musique et les arts visuels a commencé très tôt. J’ai pratiqué les deux disciplines et j’ai décidé de fusionner les deux dans mon travail quotidien actuel.

Depuis combien de temps êtes-vous artiste ?

Je suis artiste depuis plus de 10 ans et suis passé à la production musicale et à l’art numérique.

Pourquoi avez-vous demandé cette bourse ? Comment la bourse vous soutiendra-t-elle ?

J’ai demandé cette bourse car elle fournit une plate-forme aux artistes africains pour présenter différentes disciplines de manière à permettre à l’art de parler pour lui-même et de montrer des histoires qui n’ont pas encore été racontées et que je crois que le monde a besoin de voir et d’entendre.

Quels sont vos objectifs artistiques concrets après cette résidence ?

Mon objectif artistique est de créer un écosystème dont plus d’un artiste peut bénéficier, car je pense que c’est la clé si nous voulons voir la croissance de l’industrie. Je le ferais grâce aux compétences que j’ai et avec des gens qui peuvent aider à construire cette vision.

Sa résidence

Qu’avez-vous accompli au cours de cette résidence de création ? Quel est le résultat (œuvre créée) ? Qui a été impliqué dans le processus de création ?

Au cours de cette résidence, j’ai entrepris d’écrire, de composer, d’enregistrer et de produire trois chansons qui me semblaient les mieux résumer et mettre en évidence ce qui a polarisé, affecté et fait l’objet de conversations pendant la pandémie : le récit négatif de la vieillesse sur l’incompétence africaine et son incapacité à gérer la propagation du virus, la mauvaise utilisation des fonds publics par les politiciens et le gouvernement qui était endémique et l’effet que cette période a eu sur la santé mentale avec une augmentation des cas de dépression.

Pour donner plus de vie au projet, j’ai décidé de collaborer avec deux artistes visuels. Un réalisateur virtuel connu sous le nom de Migisha Boyd et un vidéaste et réalisateur connu sous le nom de Kihire Kennedy, avec leur interprétation des chansons destinées à élargir les perspectives là où les audios étaient limités.
Le projet comprend au total deux vidéos, une œuvre interactive en réalité virtuelle et trois chansons.

Comment estimez-vous que ces activités permettent une réflexion sur le monde actuel, en lien avec la crise du COVID-19, et/ou sur la construction du futur ?

Cette activité m’a permis et m’a donné le temps de créer une musique consciente qui représente au mieux les idées que j’ai exposées. Nina Simone a dit un jour "il est du devoir d’un artiste de refléter l’époque dans laquelle il vit" et je n’allais pas laisser passer cette opportunité en tant qu’artiste et ne pas faire exactement cela.

La musique façonne les perceptions plus qu’on aime l’admettre. Je me suis demandé ce que des artistes comme Bob Marley, Marvin Gaye, Fela Kuti, Miriam Makeba ou Lucky Dube, qui sont tous des champions de la justice sociale, diraient dans des moments comme celui-ci et je me suis mis au travail en sachant que ma contribution ferait avancer les choses dans un certain sens.

Ces activités créent une prise de conscience et mettent en lumière des sujets sur lesquels davantage de débats devraient avoir lieu, dans l’espoir que ce qui devra être réglé par ceux qui le peuvent le sera.

Quel a été votre ressenti durant la résidence ? Et au sortir de celle-ci ?

J’ai ressenti un sentiment de satisfaction parce que j’ai dit ce que j’avais à dire sans me demander si cela était commercialisable auprès du grand public, qui met la créativité en bouteille la plupart du temps. Pouvoir m’exprimer était libérateur. À la fin, j’ai éprouvé un sentiment de satisfaction parce que j’ai été capable de faire 90 % de ce que j’avais prévu de faire. L’art n’est jamais achevé, il peut toujours être modifié et changé. Cependant, j’ai atteint les objectifs fixés en termes de volume.

Son œuvre

Alkebulan E.P

Politricking

Verse 1
Finally you can see, I never had intentions to set you free
Money and power, so addictive, given my position you would agree
Elections got to be funded, from irrelevant taxes you are not exempted
So please don’t be tempted. To riot or protest
Cause I won’t hesitate, to make you bleed, I will make you bleed.

Chorus
I’m a career politician, politricking
I’m a career politician, what’s yours is mine for the taking.
I’m a career politician, politicking
I’m a career politician, cant you see that I’m faking it.

Verse 2
It’s a lock down and curfew for you
But my privilege affords me a different view
You say I’m out of touch with reality,
News flash I don’t care what you think of me
I will bend laws to my will, the bribe is my shield
Fear I instill, that’s the order of the day.

Faith of Mustard Seed

The Monsters aint under your bed, they are in your head
Battlefield of the mind, emotional landmines
civil war, with your spirit and soul
That’s how depressions seeks, to take control
Paralyzed and betrayed by your thoughts
Crushing weight of expectations,
Anxiety, look what you’ve done to me
Depression seeks to take control.

Chorus
You are not a lone don’t despair, drowning in this fear
You are not alone don’t despair, drowning in your tears
Faith of a mustard seed, that is what you need x 2

Verse 2
The world is a crazy place, projecting all its pain
Collateral that’s who we are, taking shrapnel when it rains
Illusive empathy, you can’t feel it , when you need it
They say, love don’t live here anymore.

Chorus
You are not a lone don’t despair, drowning in this fear
You are not alone don’t despair, drowning in your tears
Faith of a mustard seed, that is what you need x 4

Ending
Learn to forgive your self
There’s no shame in needing help
When depression seeks to take control

Alkebulan

Verse 1
Otabaleka, bakurubate hamutwe
Otabaleka , bakurabyemu amiso
Obwongo bukozese , amiso gasomese
Amaguru garubase, oyegge
Ogaruke, emikono gyombeke
emikono gyombeke eh eh eh hehe

Chorus
(Alkebulan) that’s where were from, that’s who we are x 4

Verse 2
Weeeee, come from a place of nobility
seeee, you are the standard of beauty
They say heavy is the head that wears the crown
Explains why my natural afro stays this way, when I move that way
So no inferiority complex we conquer my state of mind,
Pristine destination, land of diverse nations
But whenever they televise, hmm hmm, Misinformation !!

Chorus
(Alkebulan) that’s where were from, that’s who we are x 4

Bridge
Oh Africa, do you know who you are, do you know who you are ?
Change your story, reclaim your glory
Generations coming after, Let me read a different chapter x 2

Oh Alkebulan.