Edgard Sanou

Burkina Faso - Cirque

Edgard Sanou


Edgard Sanou

  • ÂGE : 33 ans
  • PAYS de résidence : Burkina Faso
  • VILLE : Ouagadougou
  • DISCIPLINE ARTISTIQUE : Cirque
JPEG - 101.8 ko

L’artiste

Quelques mots sur votre parcours artistique

Initialement formé avec l’ONG Canadienne jeunesse du monde, j’ai ensuite parfait ma formation en art du cirque à Faso cirque et Rendez-vous chez nous puis avec le festival Awaln’arts au Maroc. Enfin, j’ai participé à la création d’un spectacle avec le cirque Jules-Verne d’Amiens. Depuis j’ai été formateur en art du cirque dans plusieurs pays. Aujourd’hui je travaille avec Burkina Circus.

Depuis combien de temps êtes-vous artiste ?

Je suis artiste depuis 2002.

Pourquoi avez-vous postulé à cette bourse ? En quoi la bourse va vous soutenir ?

Avec Burkina Circus, nous avons postulé pour concevoir un spectacle de qualité en travaillant en profondeur l’écriture, le scénario et la mise en scène. La bourse va nous soutenir dans l’écriture et la résidence.

Quels sont vos objectifs artistiques concrets après cette résidence ?

Proposer un spectacle de qualité sur le plan national et international en participant à des festivals, des compétitions et organiser des tournées avec le spectacle comme support.

JPEG - 484.6 ko

Sa résidence

Qu’avez-vous accompli au cours de cette résidence de création ? Quel est le résultat (œuvre créée) ? Qui a été impliqué dans le processus de création ?

Nous avons à la fois fait de la recherche d’écriture et mis en place une résidence de création. À la suite de cette résidence nous avons réalisé un spectacle de cirque professionnel qui raconte une histoire pour sensibiliser les populations. Ce spectacle implique 9 artistes de cirque, de théâtre, de conte, de musique et de danse. Nous avons également impliqué Hugo Costedombre, directeur Technique de l’institut Français de Ouagadougou, Claudine Dussolier, membre de Circostrada, Hippolyte Ouangrawa directeur de Théâtre de l’espoir et Moussa Ouattara coordinateur de Burkina Circus.

Comment estimez-vous que ces activités permettent une réflexion sur le monde actuel, en lien avec la crise du COVID-19, et/ou sur la construction du futur ?

Le spectacle part de la fin du covid-19 et montre comment nous pourrions construire le monde de demain. Certes, il y a la crise sanitaire mais il faudrait envisager, réinventer notre monde de demain. Nous l’avons adapté à tout public et nous avons laissé la narration illustrer l’imagination. En plus, le cirque étant un art ayant la capacité de regrouper tous les arts, et qui attire le public nous avons vu le nombre de « j’aime », de vue et de personnes touchées augmenter.

Quel a été votre ressenti durant la résidence ? Et au sortir de celle-ci ?

Nous avons vu le potentiel que l’art a pour sensibiliser. Les mélanges d’arts comme le cirque, le théâtre, le conte, la danse et la musique est une fusion efficace pour une bonne sensibilisation. Nous sommes satisfaits du résultat mais nous devrons continuer le travail car y a des améliorations à faire. Nous avons vu un potentiel de pouvoir faire des spectacles renommés comme les autres arts et la capacité en nous de faire un spectacle qui fera le tour du monde et qui pourrait être joué dans des grandes salles.

Son œuvre

Le vide de K

Burkina Circus - Le Vide de K
Burkina Circus - Le Vide de K
Burkina Circus - Le Vide de K
Burkina Circus - Le Vide de K
Burkina Circus - Le Vide de K
Burkina Circus - Le Vide de K
Burkina Circus - Le Vide de K
Burkina Circus - Le Vide de K
Burkina Circus - Le Vide de K
Burkina Circus - Le Vide de K
Burkina Circus - Le Vide de K
Burkina Circus - Le Vide de K
Burkina Circus - Le Vide de K