Catherine Douglas

Zimbabwe - Danse

Catherine Douglas


Catherine Douglas

  • ÂGE : 38
  • PAYS de résidence : Zimbabwe
  • VILLE : Harare
  • DISCIPLINE ARTISTIQUE : Danse
JPEG - 39.8 ko

L’artiste

Quelques mots sur votre parcours artistique

J’ai interprété et créé des œuvres de danse pour la Tumbuka Dance Company. J’enseigne aux jeunes zimbabwéens dans les écoles et les centres communautaires. Je m’appuie sur des professionnels artistiques tels que Germaine Acogny, Nora Chipaumire qui m’ont inspiré à être tenace, rester fidèle et passionnée par la danse au sein de ma communauté.

Depuis combien de temps êtes-vous artiste ?

Je suis professionnellement artiste depuis près de vingt ans.

Pourquoi avez-vous demandé cette bourse ? Comment la bourse vous soutiendra-t-elle ?

Je m’intéresse à la façon dont les arts et la danse pourraient être utilisés comme moyen d’entamer un dialogue sur la maladie mentale, qui est probablement responsable de nombreux décès non diagnostiqués dans ma communauté. La subvention facilitera une plateforme pour la possibilité de partager des expériences avec un groupe de femmes sur les effets de la maladie mentale.

Quels sont vos objectifs artistiques concrets après cette résidence ?

Mon objectif est de créer une œuvre de danse interactive, ludique et évolutive qui peut être partagée en ligne et éventuellement utilisée en représentations en direct comme point de départ pour une discussion sur la maladie mentale et l’action.

JPEG - 40.9 ko
JPEG - 30 ko

Sa résidence

Qu’avez-vous accompli au cours de cette résidence de création ? Quel est le résultat (œuvre créée) ? Qui a été impliqué dans le processus de création ?

La résidence pour la création de Raramo a été une introduction intéressante à la santé mentale dans ma communauté. Malgré les changements continus résultant des restrictions liées à la COVID-19, grâce au projet Raramo, j’ai eu l’occasion de faire des recherches et de créer un projet dans la communauté sans interférence des autorités du pays. Les discussions avec les femmes de Tafara ont été utiles pour contribuer à amorcer lentement le dialogue sur le sujet inhabituel de la santé mentale au sein de cette communauté. J’espère que ce sera le début d’une chose que nous pourrons utiliser régulièrement. Certaines parties de la recherche de préproduction ont été utilisées comme matériel et inspiration pour la création du spectacle et cela a été un brise-glace utile dans les discussions et le partage sur la santé mentale.

Un expert en santé mentale a participé aux discussions, ce qui a révélé que nous n’avions fait qu’effleurer la surface et que la croissance et la compréhension de la santé mentale par l’exposition à la performance artistique était un moyen intéressant d’obtenir des résultats en direction de la communauté visée.

Ont pris part au projet :

  • 10 femmes de Tafara
  • Videographe : Farai Kuzvidza
  • Acteur de théâtre : Bob Mutumbi
  • Assistant Programmz : Victor Peturo
  • Conseilelr : Gilbert Douglas Davies Guzha
  • Conseiller financier : Jonah Nyandoro
  • Anxiety Support and Awareness Center

Comment estimez-vous que ces activités permettent une réflexion sur le monde actuel, en lien avec la crise du COVID-19, et/ou sur la construction du futur ?

Les effets de la maladie mentale en temps de COVID19 sont devenus plus visibles dans mon pays. Le fait que nous n’ayons pas de nom pour la santé mentale au Zimbabwe et qu’elle ait toujours une connotation négative n’aide pas. J’ai cependant été inspirée par la possibilité d’apprendre et d’apprécier certains succès que les gens du monde entier ont obtenus avec l’art pour la santé mentale. Les femmes pauvres des quartiers pauvres ont dû faire face à l’impact difficile de la crise pandémique sur elles, notamment la violence domestique, l’absence de système médical, l’insécurité alimentaire et l’instabilité politique. Une des femmes qui ont participé à l’atelier a déclaré : "Pouvoir sortir de chez soi et apprendre quelque chose de nouveau sur soi et se faire de nouveaux amis avec lesquels on peut éventuellement partager et faire confiance au personnel dans sa vie peut être une bénédiction".

Quel a été votre ressenti durant la résidence ? Et au sortir de celle-ci ?

Le sujet que j’ai traité est encore inconfortable pour beaucoup de gens dans ma communauté. La plupart des gens préfèrent ne pas parler de ce qu’ils vivent, surtout en ces temps difficiles où tout le monde a beaucoup à faire. Il est donc difficile de trouver des femmes qui ont le courage de s’ouvrir, de partager et de discuter des arts et de la santé mentale. Il n’a donc pas été aussi facile que je l’avais prévu de susciter l’intérêt des gens. J’ai décidé de commencer par des personnes que je connaissais et qui ont ensuite invité leurs amis. Certains des participants n’avaient pas de téléphone portable, ce qui a rendu impossible ma première idée de réaliser l’ensemble du projet en ligne, et le réseau au Zimbabwe est toujours un problème

Son œuvre

Raramo